Ici se trouve l'antre des passionnés de lecture, d'écriture, et de toute autre forme d'art.

Exprimez-vous, laissez librement parler votre inspiration et faites partager vos créations !


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réforme du lycée et Manifestations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
\\\ Riki ///
Grand Manitou
avatar

Messages : 242

MessageSujet: Réforme du lycée et Manifestations   Ven 2 Avr - 21:03

Amis partisans de la libre expression, je vous salue !

Je viens ici pour aborder avec vous un sujet d'actualité d'une importance cruciale : la réforme du lycée, décidée par le gouvernement il y a déjà quelques mois. Malheureusement passée dans un silence inquiétant, et par une méthode des plus arbitraires (décret ministériel : aucun débat parlementaire sur ce texte n'a eu lieu...), ses conséquences seraient catastrophiques et ne feraient que dégrader l'état (pourtant déjà peu reluisant) de notre système scolaire.


Afin de vous exposer les effets inévitables de ce décret (car on ne peut même pas parler de loi), je citerais ici un texte écrit par le collectif des professeurs du lycée Etienne Bézout et distribué aux élèves la semaine passée :

"La rentrée 2010 s'annonce très difficile. Notre établissement est déjà victime d'un sur-effectif et la réforme du lycée, inefficace et démagogique, ne fera qu'aggraver la situation.

Cette réforme qu'on essaie de vous vendre c'est, dès l'an prochain :
- Moins d'heures de cours dans presque toutes les matières, un bac dévalorisé et vos enfants moins bien préparés aux études supérieures.
- L'abandon ou la réduction des cours à effectif réduit et des modules (maths, français, langues, sciences...)
- L'augmentation du nombre d'élèves par classe et donc des enfants moins encadrés dans des classes chargées jusqu'aux limites de la légalité.
- Le mensonge d'une "aide personnalisée" qui ne touchera en réalité qu'une faible minorité et se fera au détriment des enseignements fondamentaux.
- Par manque de locaux, la nécessité d'ouvrir le lycée le mercredi après-midi au détriment du sport, du travail personnel des élèves à la maison et de leur équilibre psychique.
- Le recours massif à des personnels précaires et formés sur le tas (parfois par un simple stage de trois jours).
- L'affectation des enseignants sur plusieurs établissements, ce qui nuira au dialogue avec les parents et au suivi des élèves.
- Des emplois du temps difficiles pénalisant la bonne scolarité des adolescents.
- La tromperie sur le libre choix des options en seconde.

La réforme n'a donc que des objectifs budgétaires et est nuisible aux élèves.
Nous devons nous battre ensemble contre la réforme, pour que l'éducation publique ne soit pas sacrifiée."



Toutes les informations le montrent : ce décret ne fera que jeter plus profondément l'enseignement dans l'abime où il se trouve déjà.

C'est pour cela que nous, élèves du lycée Bézout, avons décidé d'agir. Un premier blocus spontané a eu lieu aujourd'hui. Malgré le manque d'organisation de ce mouvement balbutiant, celui-ci a eu le mérite de réveiller les esprits. Avec le soutien de la quasi-intégralité du corps enseignant, des actions sont en train d'être prévues dans les semaines qui viennent.
D'ici 10 jours, nous envisageons d'aller occuper des lieux officiels et/ou publics (bureau du proviseur, Mairie, Poste, marché...) et d'y effectuer nos heures de cours. Le but est bien évidemment d'interpeller l'opinion et les médias, par des moyens nouveaux et qui ne font pas passer les lycéens pour des "glandeurs" qui ne veulent pas aller en cours.
Par la suite, après les vacances, le mouvement se durcira avec des manifestations et de nouveaux blocages. Cependant, les Terminales qui le désirent pourront poursuivre leur cursus normal afin de ne pas se retrouver désarmé au bac.


Voilà pour ce qui est de mon intervention. Je souhaiterais connaitre vos avis au sujet de cette réforme, vos informations et vos propositions. Pour ceux qui désireraient également empêcher une telle aberration d'être appliquée dès l'année prochaine, votre adhésion au mouvement de lutte est également la bienvenue.
Enfin, je m'adresse ici aux élèves d'établissements autres que Bézout : vos camarades sont-ils aussi désireux de manifester contre cette réforme ? Quels sont les événements prévus, et serait-il possible d'organiser des actions communes ?

Je suis à votre disposition pour toute demande de plus amples renseignements.


Nous ne laisserons pas la société se dégrader à la racine !
Riki

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


"Un sentiment, ça n'existe pas. Mais pourtant ça se sent. Parfois, ça brule. Ça peut faire du mal.
Mais, putain, ce que ça peut aussi faire du bien…
J'aime. Un mot peut tout dire et rien dire. Un sentiment peut tout espérer et rien attendre.
Un rêve peut tout promettre et à jamais être irréel."
Revenir en haut Aller en bas
http://calliope.forum-actif.net
acromino

avatar

Messages : 56
Occupation : Plein de choses mais surtout rien
Humeur : mon humeur du jour

MessageSujet: Re: Réforme du lycée et Manifestations   Ven 2 Avr - 21:25

Je suis tout a fait d'accord cela va trop loin
si c'est pour finir avec des classe de 86 élèves(pourquoi je dit 86 moi aussi je me le demande :hap:) non merci
déjà que cette génération est un échec critique dans la critiquité du critique de l'extrême critique et ben je ne veut même pas imaginer la génération suivante si le gouvernement (qui prouve une fois de plus son éternelle incompétence) ne se bouge pas le cul pour régler ces problème on finira par tous se jeter des caillou en hurlant "AGAZOU" a poil tout en sautant a cloche pied sur une armée de coq unijambiste avec un morceau de saucisson a la bouche :hap:


voila
Revenir en haut Aller en bas
Terpsichore

avatar

Messages : 35
Occupation : lycéenne à temps plein, star mondialement connue à ses heures perdues
Humeur : à l'expansion et l'estime

MessageSujet: Re: Réforme du lycée et Manifestations   Lun 5 Avr - 13:58

Bonjour à tous,

Je constate que Riki a soulevé un débat qui nous touche tous à l'heure actuelle: cette désastreuse nouvelle réforme des lycées.

Il faut savoir qu'en plus des futures mauvaises conditions de travail des élèves bien évidemment passées sous silence, notre des arguments sur lesquels ils fondent la publicité de cette réforme sont totalement mensongers !

En effet, ils ne cessent de parler d'un équilibrage des niveaux. Or, et d'autres et parleront mieux que moi, il n'en est absolument rien: la section Scientifique gardera sa suprématie au détriment des sections Littéraire et Economique et Sociale.
De plus, le passage d'une section à une autre sera toujours impossible: leur soi-disant cours de rattrapage durant les vacances ne pouvant être efficace étant donné les écarts d'heures de cours en fonction des sections (il est simplement impossible qu'un littéraire puisse rattraper les 4 heures de maths et les heures aussi nombreuses de physique et d'SVT).

Ce qu'ils ne disent pas également, c'est qu'ils semblent faire en sorte que les élèves ne puissent plus réfléchir par eux-même: ce sera la conséquence de la suppression de l'histoire et de la géographie pour les S, matières qui permettent une ouverture d'esprit et un esprit critique sur le monde, ainsi que la suppression des heures de maths en L, qui permettait jusque là aux élèves de comprendre le monde qui les entourait.
En empêchant les S de réfléchir et les L de comprendre le monde, les dirigeants s'arrange pour faire des générations futures de simples moutons faciles à diriger (mais ils nous sous-estiment).


Et malgré toutes ces revendications, rien n'est prévu au lycée contre la réforme. Il faudrait que j'en parle lorsque s'achèveront mes vacances, et que peut-être nous réfléchissions à une manière de contester (pour cela je voudrais bien de l'aide de toute personne ayant des idées sur le sujet).
Cependant, j'ai bien peur que peu de personne se sentent concerner par cette réforme et qu'ainsi on ne puisse faire un mouvement véritablement probant (ou sinon il sera suivi par ceux qui n'ont qu'une envie : sécher les cours; et là, ça ne fait pas très sérieux). Je vais néanmoins lancé l'idée. Même si j'ai un peu peur que, le décret étant déjà passé, notre action n'est guère grand résultat.

J'aimerai avoir les résultats de vos manoeuvres, pour peut-être convaincre un assez grand nombre.

Je vous souhaite bien du courage.

Terpsichore
Revenir en haut Aller en bas
Waurf
Terreur de la jeunesse


Messages : 108
Occupation : étudiant

MessageSujet: Re: Réforme du lycée et Manifestations   Lun 5 Avr - 15:57

Cette réforme tant décriée n'a-t-elle que des mauvais aspects?
Est-ce la fin annoncée de notre système scolaire?

Tout n'est jamais complétement blanc ou noir dans la réalité, seulement le français est, par définition un réactionnaire obtus. Toute réforme est donc foncièrement mauvaise pour lui et dénigrée par tous les moyens possibles.

Vous l'aurez compris, je suis ici pour me faire, d'une certaine façon, l'avocat du diable.

Commençons par l'année de seconde, vantée comme permettant à l'élève de s'orienter en choisissant ses matières. Ce n'est que la vérité mais qui à été présentée de manière tellement enjolivée que tout le monde a cru que le petit seconde pourrait choisir de n'avoir que 4 a 5 heures de cours par semaine. Dans la pratique, l'élève de seconde ne peut choisir que trois enseignements n'appartenant pas au tronc commun dont au moins un enseignement d'économie, ce qui ne me semble pas vraiment être une mauvaise chose. On pourra également noter le retour des arts en enseignement général de seconde avec 72h annuelles obligatoires.

Poursuivons en première et terminale, les deux classes étant traitées à l'identique dans la réforme. Les trois filières existent toujours mais j'y reviendrai. Désormais les trois filières possèdent un tronc commun constituant 60% de l'horaire total et composé de matières telles que le français ou l'histoire-géographie. Cette dernière n'a absolument pas disparu de la surface du globe et est présente à hauteur de 4h par semaine en première comme en terminale, c'est à dire une heure de plus que la dotation des S les années précédentes. Est-ce un mal? On notera également la non disparition des heures en groupes réduits ou modules qui se voient attribuer 9h par semaine et l'apparition de deux heures destinées à l'accompagnement de l'élève, ceci incluant une aide à l'orientation et à l'acquisition de méthodes, ce qui fait furieusement défaut pour certains à l'heure actuelle.

On parle également de bac "dévalorisé", or le bac en lui-même ne vaut déjà pratiquement rien en tant que diplome. C'est juste l'un des derniers grands rites de passages en france depuis l'abolition du service militaire. Il suffit de constater la différence de considération par votre entourage, parents exceptés, entre avant et après le bac. Cette fonction de catapulte vers la vie adulte et, pour utiliser un terme en vogue dans le milieu du jeu video, de boss de fin de la vie d'ado est probablement sa seule vraie valeur.

Je relève également "vos enfants moins bien préparés aux études supérieures". Etant en fac, je peux affirmer qu'il est impossible d'être moins préparé aux études supérieures que maintenant, celles-ci demandant autonomie, rigueur, capacités d'adaptation et le sens du travail, autant de valeurs qui sont inhibées aux maximum au lycée.

Voilà qui devrait suffire à lancer complétement le débat sur ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
\\\ Riki ///
Grand Manitou
avatar

Messages : 242

MessageSujet: Re: Réforme du lycée et Manifestations   Jeu 8 Avr - 16:19

Mes amis, je vous salue tous.

J'ai effectué des recherches sur Internet depuis mon dernier message. Afin d'avoir le point de vue le moins partial possible, j'ai été puiser mes sources dans le sanctuaire même de la défense de cette réforme des lycées : le
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] lui-même.
En associant les données récoltées avec mes connaissances personnelles et les avis de mes professeurs, je pense ici exposer des informations d'une grande fiabilité.


Waurf a exposé les arguments a décharge de cette réforme. Cependant, certains éléments de son discours me semblent clairement inexacts.
Cher débatteur, tu affirmes que l'histoire-géographie n'a pas disparue. Or, comme nous pouvons le constater sur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], les Terminales Scientifiques verront bel et bien cette matière disparaitre de leur cursus obligatoire et elle deviendra une option de deux heures par semaine. Si tu as la même source que moi, il est possible que cette erreur soit due au fonctionnement un peu obscur du site en cet endroit précis.
Tu parles aussi de "trois enseignements" de découverte en seconde, dont un d'économie. Il me semble que les enseignements facultatifs ne soient qu'au nombre de deux, dont un obligatoire d'économie... ce qui n'est donc pas un enseignement facultatif mais qui est présenté comme telle. Passons.
Enfin, dernier détail, tu mentionnes les arts obligatoires en filière générale. Je n'ai jamais entendu parler d'une telle chose, je te serais donc gré de m'informer du lieu où tu as vu une telle affirmation.


Je vais maintenant m'attaquer à un point précis que tu as abordé et que je viens juste de mentionner : l'enseignement de l'économie en seconde. Bien entendu, je suis fondamentalement pour cette idée, car l'économie et - dans une moindre mesure - la sociologie me semblent indispensables pour comprendre notre monde moderne. Cependant, les matières proposées en Seconde (éco "fondamentale" (l'autre éco ne serait donc que superficielle ?) ou sciences éco et sociales) ne constituent que 1h 30 de cours, soit une heure de moins que la dotation actuelles de SES facultative en Seconde - celle-ci n'étant déjà qu'une vague initiation. Cet horaire peut certes être doublé, mais je vois très mal un arrivant au lycée choisir uniquement trois heures d'économie par semaine, le but des enseignements de détermination étant au contraire de s'ouvrir au plus grande nombre de voies possibles.


Quand à la question du soutien personnalisé aux élèves... cette initiative me laisse dubitatif. Certes, les élèves ont besoin d'acquérir plus de méthode et les conseils d'orientation sont les bienvenus, mais je vois mal comment des petits groupes d'aide individuelle pourront être efficacement mis en place sans augmenter les effectifs de professeur. Or, comme tout le monde le sait, augmenter le nombre de fonctionnaires est bien la dernière envie de notre gouvernement...
Un autre projet qui aurait sans doute été plus simple et tout aussi nécessaire aurait été d'augmenter la dotation horaire de l'ECJS plutôt que d'instaurer ces deux étranges heures de soutien. Considérée comme inutile, et bien souvent inexistante (j'ai eu trois heures d'ECJS cette année...), elle semble pourtant être une matière des plus utiles, avec pour effet de permettre aux jeunes de décrypter notre société. Quand je vois que très rares sont les terminales qui savent la différence entre le Parti Socialiste et l'UMP, je me dis qu'un peu plus d'éducation civique et politique ne ferait pas de mal. Cela pourrait peut-être éviter que des voitures brulent dans la rue et que Le Pen fasse 15%, en permettant aux futurs citoyens de comprendre et donc de s'intéresser à la vie politique.


Le long week-end de Pacques semble avoir calmé les ardeurs révolutionnaires à mon lycée... Je suis resté en contact avec les professeurs, qui ne se sont pas encore décidés sur la meilleure manière de protester ; et je vais m'adresser dès que possibles aux meneurs syndicalistes locaux - en admettant qu'un syndicat existe encore en ce lycée, après les pressions de l'administration l'année passée.

Je vous remercie tous de votre participation au débat, et je vous tiendras au courant des mes recherches et de la préparation d'actions contestataires. Je remercie tout particulièrement Terpsichore pour son apparente motivation à diffuser le message au sein de son établissement. Certes, le décret est déjà passé, mais il est déjà arrivé dans le passé que des réformes (surtout initiées par un gouvernement peu populaire) soient retirées lorsque la protestation s'est fait trop forte.
Pour l'instant, nous ne sommes qu'un petit phénomène... mais c'est de cette manière que bien des révolutions ont commencées.


En vous souhaitant une bonne continuation,
Riki

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


"Un sentiment, ça n'existe pas. Mais pourtant ça se sent. Parfois, ça brule. Ça peut faire du mal.
Mais, putain, ce que ça peut aussi faire du bien…
J'aime. Un mot peut tout dire et rien dire. Un sentiment peut tout espérer et rien attendre.
Un rêve peut tout promettre et à jamais être irréel."
Revenir en haut Aller en bas
http://calliope.forum-actif.net
Waurf
Terreur de la jeunesse


Messages : 108
Occupation : étudiant

MessageSujet: Re: Réforme du lycée et Manifestations   Jeu 8 Avr - 17:34

En ce qui concerne les arts, il doit s'agir d'une mauvaise interprétation de ma part de cette page : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La différence entre l'UMP et le PS?
Dans le PS, cinq personnes se battent pour une seule place, alors que dans l'UMP une personne se bat pour avoir cinq places.

Troll mis à part, des cours en ECJS mieux dotés ne serait utiles que si les cours ne sont pas juste des débats stériles et/ou du visionnage de cassette VHS "organisé" par un prof désabusé, chose que j'ai personnellement connue.
Mais effectivement, il est indispensable d'organiser en cours un décryptage de l'actualité, décryptage prévu originellement en ECJS.

Le score du crayon (avis aux anglophones) est lié non pas à une méconnaissance du sujet mais à un désintérêt de la politique de la part des jeunes et des moins jeunes, d'où un taux d'abstention affolant, de l'ordre de 60% en 2002, probablement plus chez les 18-25ans. Comparons ce taux avec le nombre de votes de la starac' ou de miss france et on a alors un vague aperçu du problème.

Peut-être faudrait-il organiser une Président Academy pour attirer l'attention des jeunes et combler le trou de la sécu.

En ce qui concerne le syndicat au lycée, je crois que l'UNL à étée complétement éradiqué de l'établissement depuis près de deux ans. J'ignore le statut des autres syndicats.

Dans ce genre de cas, la seule approche viable pour augmenter la mobilisation est de ne pas laisser retomber la pression, sinon le simple fait qu'il y ait eu une réforme sera oublié. Il faut se comporter un peu comme un feu de forêt, toujours prendre de vitesse les autorités. Le résultat optimal étant toujours atteint dans la première semaine suivant le début des manifestations.
Un conseil toujours efficace : essayer d'attirer l'attention des médias pour augmenter la portée du mouvement.

Ne pas se limiter à internet ou les blocus locaux. Ne pas hésiter à utiliser des méthodes utilisées par les manifestants non-violents, et ce toujours devant les caméras car l'image de quatre CRS portant un lycéen fera toujours son petit effet au journal de 20h.

Ceci étant dit, les cartes sont entre vos mains, à vous de voir quelle attitude vous allez avoir face à la réforme.

On notera également la pertinence au niveau du calendrier de cette réforme. Le gouvernement n'a que deux mois à tenir avant les grandes vacances qui constituent toujours une forme de remise à zéro en matière de mobilisation, personne ne faisant grève ni ne manifestant pendant cette période.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réforme du lycée et Manifestations   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réforme du lycée et Manifestations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forme (bizarre)
» A étages forme carrée ou rectangle
» Réflexion sur les mouvements de forme ...
» Offset de forme, comment le contourner?
» Jouet Maisonnette en forme de chaussure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Discussions et partage :: Débats-
Sauter vers: