Ici se trouve l'antre des passionnés de lecture, d'écriture, et de toute autre forme d'art.

Exprimez-vous, laissez librement parler votre inspiration et faites partager vos créations !


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Quel registre pour notre histoire collective ?
Fantastique
38%
 38% [ 3 ]
Réaliste
25%
 25% [ 2 ]
SF
0%
 0% [ 0 ]
Thriller
0%
 0% [ 0 ]
Merveilleux Noir
25%
 25% [ 2 ]
Autre
12%
 12% [ 1 ]
Total des votes : 8
 

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Lun 11 Avr - 21:18


Bonjour à tous !

Je poste aujourd'hui une proposition pour ranimer un peu le forum et puis nous amuser un peu.

Que diriez-vous d'écrire une nouvelle tous ensemble? Lançons un sujet, suivant les préférences de la majorité, et commençons à écrire ! Suivant les inspirations de chacun, continuons l'histoire d'un petit bonhomme (ou d'une petite bonne femme ou androgyne) !

N'hésitez pas à faire part de vos idées, de vos désaccords ou de votre enthousiasme avant que l'histoire ne débute vraiment !

Pour le personnage principal, préférez-vous un homme ou une femme?
Pour plus de simplicité, le physique peut être indéterminé sauf si c'est important pour quelqu'un. Pareil pour l'âge.

Le caractère va être un peu plus difficile à déterminer. Pour ma part je propose (pour un peu de comique : ) Un peu colérique sur les bords, pas vraiment aventureux/se, et vachement maladroit/e.

Après, ça sera suivant les inspirations de chacun. Reste à déterminer si vous souhaitez que ce soit du Fantastique, du Merveilleux Noir, de la SF, du Thriller, du Réaliste, du Tragique ou tout un tas d'autres registres littéraires.

J'attends tous vos commentaires, bons ou mauvais Very Happy

Bisous

Aamon Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Sam 23 Avr - 9:56

Bonjour bonjour !!

Ton idée me paraît sympa, mettre en relation les talents de chacun des membres du forum est une bonne idée. Cependant, je pense que la réalisation ne va pas être une mince affaire. Devons-nous écrire tous en même temps ? Chacun son tour ? Est-ce que chaque membre aura un sujet particulier à écrire ? Enfin bref, beaucoup de questions avant de pouvoir mettre en marche la machine à écrire Smile
Mais sinon, j'aime bien, je suis même d'accord pour y participer. Pour ma part, peut importe que ça soit un homme ou une femme. Voili voilou Smile

La Narratrice

Ps : Une dernière précision, je trouve qu'une histoire/film/roman ou autre, sans bisou, c'est nul. Alors sil-vous-plaît un petit bisou dans la nouvelle :hap:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Ven 6 Mai - 18:43



Bonjour Smile

Pour répondre à tes questions, Narra, nous pourrions écrire chacun notre tour et ce que l'on veut du moment que cela reste coordonné avec le début de l'histoire (qu'on ne parle pas au début de l'aventure d'un plouc a qui il arrive des tas d'embrouilles puis d'un oiseau au pôle nord)

Enfin voilà, je pense que cela sera plus naturel à faire lorsque la machine se mettra en marche, si un jour elle le fait.
ça serait sympathique que tout le monde y prenne part pour confronter les différents styles d'écritures et amener des idées nouvelles.

Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas je suis là pour y répondre! Very Happy

Je compte sur vous !

Aamon


PS : "Un bisou sur la joue, ça va? geek Ou sinon un bisou de grenouille, c'est bien aussi. " ^^

Ah, une dernière chose, si vous souhaitez (comme Narra), qu'il y ai une histoire d'amour, veuillez le précisez avant que nous débutions, histoire que les sentiments du personnage ne soit pas trop contradictoires. Pour le caractère, ça devrait aller, après tout l'être Humain n'est pas stable.
A moins que vous ne vouliez pas utiliser un être Humain comme personnage principal.

Du coup, voilà d'autres petits assemblages avant de le commencer réellement (ou du moins d'essayer).
Vos avis m'intéresse et j'aimerai en avoir le plus possible pour pouvoir tout mettre au point correctement pour ne pas qu'il y ait de grabuge en cours de route.
S'il y en a et que vous vous en apercevez (et moi pas) et que l'on a déjà commencé la rédaction de cette petite histoire (ou grande ça dépendra de tout le monde), n'hésitez pas à le faire remarquer en le notant
entre crochet et en gras avec une couleur flashie (au cas où je le rate ce qui est fort possible)

Aamon
Revenir en haut Aller en bas
Faucheuse



Messages : 223
Occupation : Recueillir les pitites âmes
Humeur : Keep smiling! ^^

MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Ven 6 Mai - 22:01

B'soir.


L'aventure me tente, notamment le fait que le caractère du personnage puisse ne pas être stable à cause des différentes écritures. La folie a toujours été un de mes dadas. ^^.
L'être humain est l'un des personnages a manipuler le plus facilement puisque la majorité d'entre nous est censée faire partie de cette espèce (bien que je certains doute pour certains... Razz ). Quant au sexe du personnage... Je travaille en ce moment sur le point de vue d'une adolescente, je préférerai donc un adolescent pour cette histoire-ci; je ne suis pas ultra-fan des androgynes, bien que cette hésitation pour la détermination du sexe puisse avoir un impact psychologique fort sur le personnage et le rendre encore plus fou qu'il ne pourrait l'être après être passé entre différentes mains....
... Ouais, pour éviter de faire souffrir ce pauvre gosse, restons sur le mec. Neutral
Bon, pour l'âge, je m'en fiche éperduement mais j'ai plus de facilité à écrire lorsque les personnages sont proches de mon âge. Quant au physique... quand bien même il sera vert à points jaunes, je n'en ai cure.



Faucheuse

PS:Narra, si jamais il y a un bisou, je pourrirais l'existence du personnage juste après jusqu'à ce qu'il ne puisse que regretter ce baiser!!!!!! Non, je rigole... enfin, je crois.... Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Dim 15 Jan - 12:33

Aujourd'hui, je suis assez inspirée. Tant pis si personne ne me suit, mais dès la rédaction de ce passage terminé, vous pouvez ajouter votre grain de sel comme vous le souhaitez !

La porte s'ouvrit. Il faisait nuit, tout était calme. On se croyait presque dans un film d'horreur. Après une soirée bien arrosée, je n'avais qu'une envie, c'était de me coucher. J'entrais dans le hall allumant le lustre. J'habitais dans un château. Un château type renaissance, un château type baroque. Un château, quoi. Je savais simplement que c'est un château. Mes parents dormaient dans l'aile gauche. Ma chambre était dans l'aile droite, à l'opposé. J'aimais cette tranquillité que me procure l'isolement.
Alors que je suis plongé(e) dans mes pensées, un bruit m'en sort. Comme si on venait de renverser un chaise. Je me pétrifiais et attendis. Aucun autre bruit ne se répéta. Mes parents ne réveillèrent pas. Etait-ce la bonne ? A cette heure si tardive de la nuit ? N'importe quoi. Le bruit venait du salon. On y accédait par une grande porte en chêne parsemé de bas-relief représentant une quelconque guerre. Il y avait des morts, des chevaux qui tombaient. Un fier guerrier levant sa lance entre toute cette pagaille. Mon père me disait souvent que c'est notre ancêtre. J'en doutais.
J'entrais finalement dans le salon. Il était plongé dans le noir mais à l'aide de la lumière du lustre de l'entrée, j'aperçus une silhouette au milieu des meubles. Un voleur ? A cette heure, ça ne pouvait être que cette possibilité. Je m'armais de mon portable et appuyais sur l'interrupteur. La luminosité arriva doucement. Je découvris un homme qui se tenait devant moi, droit et fier, pas du tout apeuré. Son visage dur, avec ses yeux de fer, me scrutèrent. Je restais un instant immobile, stupéfié(e) par le charme qu'il pouvait dégager. Etait-ce donc un descendant d'Arsène Lupin ? Il en avait tout l'air. Il était tellement immobile que l'on aurait pu croire qu'il était fait de pierre. C'est alors qu'il lèva lentement son bras vers moi. Déjà pétrifié(e), je sentis mes muscles se raidir davantage. Il avait quelque chose dans sa main.

Voilà! A vous de décider ce que l'homme a dans sa main ! Cela peut être tout est n'importe quoi ! Pas spécialement quelque chose de tragique (je pense au fameux revolver, classique) ! N'hésitez pas à détailler autant que vous voulez ! Il y a cependant quelque chose d'obligatoire à faire : rester dans le temps ! C'est du présent ! Les flash-back, les rêves, et tout le tralala abstraits sont autorisés mais veuillez le préciser en italique avant de rédiger ou alors faîtes en sorte qu'on le sache à la fin de votre passage !
J'attends vos idées avec impatience!
[Vous aurez sans doute remarqué que le sexe du personnage reste indéfini sur mon passage. Si vous voulez réellement qu'il apparaisse, accordez (avec le féminin notamment) ou si vous voulez garder l'indécision, faîtes comme moi ! Le petit (e) !
Je crois que c'est tout... Je vous laisse la parole !


EDIT : à la demande de tous, veuillez éditer vos messages pour les mettre au passé, merci Very Happy


Dernière édition par Aamon le Mer 18 Jan - 14:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Dim 15 Jan - 13:19

Et bien si, je te suis. En attendant que mon film charge ^^
Donc voilà, ce que je propose. Je concidère pouvoir faire mieux, mais c'est assez difficile car je ne sais pas où on va en arriver.


La pierre pendant au bout de la chainette semblait briller. La peur me tint le ventre. Des sentiments contradictoires se battaient en moi. L’envie d’approcher cet homme pour lui prendre le collier. L’autre de fuir à toutes jambes et de m’éloigner de lui. Mais je n’esquissais aucun geste. Je restais de marbre, les yeux ne pouvant se détacher du balancement régulier du bijou.
D’un mouvement souple du poignet, il ramèna la pierre dans sa main. Le lien visuel qui me tenait hypnotisé(e) se brisa. Je vacillais légèrement.
Un sourire sadique s’étira sur son visage. Je fis un pas en arrière. Il se déplaça et se diriga vers la fenêtre, le collier toujours dans la main. Dehors, la pluie commencait à tomber. Le ciel se zèbra d’éclair. Soudain, il n'eut plus d’électricité. Je me retrouvais dans le noir, observant la silhouette de l’homme en train d’ouvrir la fenêtre. Le vent s’engouffra dans la pièce, faisant voler les rideaux. Une pile de feuille se trouvant sur le bureau tomba et s’envola jusqu’à moi.
L’Arsène Lupin enjamba la rambarde et tourna une dernière fois son visage vers moi. Malgré le souffle du vent, ces mots me parvinrent distinctement.
- Ca ne fait que commencer…
Un éclair plus violent que les autres m’aveugla. Quand je regardais de nouveau vers la fenêtre, il avait disparu.


Ce n'est pas très long, j'en suis consciente.
Mais p*** pourquoi du présent ???? Moi qui passe mon temps à écrire au passé. Enfin, c'est un défi intéressant.
Maintenant, à vous la suite !!


Narra

Yes plus de présent !!!


Dernière édition par La narratrice le Mer 18 Jan - 16:00, édité 1 fois (Raison : Passage du présent au passé)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Mar 17 Jan - 21:04

Je n'eus pas le temps de réfléchir que j'étais déjà à la fenêtre, prêt(e) à sauter à la poursuite du voleur. Qui était cet homme ? Ce n'était pas particulièrement à cause du talisman qu'il m'avait montré que je voulais le suivre. Je voulais savoir. Je voulais savoir pourquoi, comment, qui. Pourquoi a-t-il pris ce collier ? Comment a-t-il su son existence ? Qui était cet homme ? Je me souvins de comment j'étais entré(e) en possession de ce talisman.
Il avait appartenu à une grand-tante du côté maternel. Vieille folle qui parlait sans cesse à son morbide corbeau apprivoisé, elle ne cessait d'exhiber ce collier en hurlant qu'une antique malédiction s'abattrait sur le centième voleur. Ce talisman, je ne l'aivais pas particulièrement aimé du premier regard, néanmoins, la perspective de jouer un bon tour à cette vieille folle qui ne cessait de me traiter de "garnement sans éducation, petit comme un mollusque et bête comme ses pieds" m'avait fait frétiller des pieds à la tête.
Maintenant, le voleur était volé. Une bien drôle leçon. La vieille folle n'avait pas voulu me dire si elle était la centième voleuse. Franchement, si elle l'avait été, ça m'aurait fait d'agréables vacances.
Je reviens sur terre grâce aux aboiements des chiens. De gentils toutous croisés avec des loups. Commande spéciale de mon père pour protéger sa propriété. Soudain, j'ai peur pour le voleur. Il m'a menacé mais qu'importe, il ne méritait pas de finir transformé en bain de sang et d'intestins. Je sautais à mon tour par la fenêtre, ralenti(e) par la boue et aveuglé(e) par les éclairs. Mais je connaissais le terrain, contrairement au voleur. Je l'aperçus rapidement entre les arbres, sur un rocher, une masse sombre à la main (sûrement une branche morte), essayant tant bien que mal de dissuader les chiens-loups de l'attaquer.
-LOKI ! ANUBIS ! SETH ! AU PIED ! Hurlai-je.
Reconnaissant ma voix, les trois chiens s'assirent sur leur derrière, continuant cependant à menacer l'inconnu en dévoilant leurs grandes dents. Je ne savais pas comment mon père a pu avoir ces chiens. Ils ne ressemblaient à rien de ce que j'avais pu voir. A vrai dire, ils me faisaient peur, mais je ne le montrais pas ; sinon ils se retourneraient contre moi.
L'homme me regarda, plissa ses yeux, méfiant. Bien sûr que ça le surprenait que je vienne à son aide, il venait de me voler quelque chose. Il n'était pas en confiance et pensait peut-être que j'allais l'abattre. Seul problème à son hypothèse : je n'avais pas d'arme sur moi et nulle par où en cacher une. Quelques coups d'oeil suffirent à le lui confirmer. Son sourire réapparut.
-Pris dans le piège, pourquoi persistes-tu, gamin(e) ? Ricana-t-il. Je t'ai pourtant prévenu que ça ne ferai que commencer.
Sur ses paroles, il enfila le collier autour de son cou et la pierre brilla dans la nuit. Les chiens se mirent à grogner bien plus fort.
-Comment s'appellent-ils, as-tu dis? Ah oui, Loki, Anubis, Seth, attaquez.
Ce n'est qu'un murmure parmi le boucan de l'orage pourtant cela résonna comme une détonation dans l'air. Les chiens-loups tournèrent leur grosse tête vers moi et se levèrent lentement, dévoilant leurs crocs. Me menaçant. Moi, leur maitre(sse). Je frémis. Ils sentirent ma peur et se léchèrent les babines, comme se délectant d'un fabuleux fumet.
J'avais peur. J'avais peur et je repensais à la malédiction de ma vieille tante folle. "Le centième voleur, celui qui pêchera le plus, recevra la colère du défunt propriétaire de ce talisman. Un soir, ça ne fera que commencer."
Que commencer. Que commencer. Que m'avait dit le voleur déjà ? "Ça ne fait que commencer..."
Propriétaire. Défunt. Mort. Malédiction. Centième. Qui était l'homme devant moi ? Ou plutôt, qu'était-il ?


Désolée, je ne voulais pas vraiment partir dans du fantastique mais j'ai l'impression que ça y va un petit peu Rolling Eyes Je n'ai pas pu m'en empêcher, désolééééee! Crying or Very sad
J'ai beaucoup écrit, en espérant que j'ai tout de même laisser de la place à vos idées !
Gros bisous !
On attend la suite avec impatience ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Faucheuse



Messages : 223
Occupation : Recueillir les pitites âmes
Humeur : Keep smiling! ^^

MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Mer 18 Jan - 18:13

Les chiens-loups me tirèrent de mes pensées par leurs grondements menaçants. Ils me tournaient autour, tels des requins, se rapprochant peu à peu de moi, resserrant leurs cercles de prédateurs, jusqu’à frôler mes jambes. Tout mon être tremblait comme une feuille secouée par l’orage qui se déchaînait. Mon cœur tressaillait, je sentais la sueur glacée qui me collait les vêtements à ma peau. Ma vessie, traîtresse, lâcha, et je crus entendre des rires s’élever. Les chiens ? L’homme ? Non ; il avait disparu mais sa présence restait collée au parc, comme mes habits à mon corps. J’avais peur des chiens, le voleur m’obsédait. Je voulais le revoir, et cette pensée me persécutait, me semblait bien plus menaçante que les trois chiens-loups dont je sentais les crocs effilés frotter contre mes jambes, sans jamais l’entailler.
La pire des malédictions ? La peur de la mort, sans aucun doute. Les animaux me transperçaient de leurs regards brûlants et affamés, mais jamais ils ne se jetaient sur moi, se jouant de ma peur. Mon cœur lâcha ; l’inconscience me prit, soudain j’eus encore bien plus peur. Les chiens allaient me dévorer et je ne verrais pas la mort venir, je ne pourrais pas la combattre. Personne n’entendrait les chiens s’aboyer dessus pour avoir la plus grande part de viande fraîche, j’allais mourir dévoré(e) dans l’orage, une auréole entre les jambes, et quand on découvrirait mon cadavre, on verrait que j’avais eu peur.
Mais mon corps se fichait de ces peurs vaines ; mon corps en avait assez, mon esprit aussi, et tous deux lâchaient les rênes. Ma mort fondit sur moi dans le noir le plus profond.

Contre toute attente, cependant, je me réveillais plus tard, et ce dans mon lit. Eberlué(e), je m’examinais. Pas une blessure, pas un indice du fait que j’étais allé(e) dehors cette nuit. Je ne m’étais pas pissé dessus, je n’étais pas plein de sueur. Il n’y avait rien. Et bien ? Quoi ? Un rêve ; horrible, alors, mais ça me soulageait. En même temps, croire à une malédiction ! C’était bon pour les petites filles accrochées à leurs peluches, ça ! Une malédiction de la vieille tante ! Quelle stupidité !
En riant, dédaigneux(se) de moi-même, je descendis dans le salon pour prendre mon petit-déjeuner. Mon père avait fait rentrer les chiens-loups et je ressentis un étrange malaise lorsqu’ils dardèrent tous, d’un même geste, le même regard brûlant vers moi.
- Le vent a mis une sacrée pagaille, déclara mon père en examinant le salon dont la fenêtre était ouverte et les objets sens dessus dessous.



A vous de trouver la suite; j'ai bien des idées mais je vous laisse la place. ^^. Heureusement que vous avez changé pour mettre au passé, parce que je ne me voyais pas faire un récit au présent! Bref; à vos claviers mes amis! ^^
Au fait, maintenant que ça prend forme, il faudrait peut-être le déplacer dans la catégorie Livres et Poésie, non?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Jeu 19 Jan - 21:10

Dans toute cette pagaille, quelque chose attira mon attention. Je m'avançais lentement pour mieux regarder. J'enlevais les feuilles qui recouvraient l'objet et... suspendis mon geste. Derrière moi, j'entendis les chiens-loups se lever et grogner. Ce qu'il y avait, c'était l'une des nombreuses paillettes d'or qui composait le pendentif que le voleur avait volé. Je n'étais plus vraiment sûr(e) que l'épisode d'hier soir soit seulement un rêve ou alors une hallucination dû à l'alcool. Je me pris la tête entre les mains, sentant la migraine poindre.
Le souffle du vent s'engouffra dans la pièce, faisant voler la paillette d'or vers moi. Elle se colla sur ma paume, comme un grain de beauté brillant. Loki, le plus vieux des chiens, avec un pelage de feu, fourra sa grosse truffe dans ma main pour renifler la petite paillette. Il éternua et grogna à l'attention de Seth et Anubis. Seth était gris, contrairement à ce que son nom laissait pensé, c'était une femelle. Anubis était remplit de ténèbres et était le plus jeune des trois mais pas le moins imposant ; bien au contraire.
Anubis frotta sa grosse tête contre mon dos en ronronnant. Seth se lécha les babines. Ils semblaient se parler. Décider de mon sort ? J'en avais bien peur. Finalement, ils s'assirent devant moi, faisant fi du bazar, tels trois juges sérieux et peu aimables.
- Quels drôles d'animaux, tu ne trouves pas ? S'enthousiasma mon père. J'ai vraiment fait une bonne affaire lorsque je les ai achetés à ce vendeur de souvenir !
- Comment ça ? Demandai-je. Je ne connaissais pas cette partie de l'histoire.
- Vraiment ? C'était lorsque nous étions en Egypte, ta mère et moi, pour notre voyage de noces. Nous étions allés visiter une de ces magnifiques pyramides. D'ailleurs, ta tante était là aussi. Elle a ramené un splendide collier remplit de paillettes d'or. C'est le même vendeur qui nous a convaincu d'acheter ces deux superbes chiens. (Il montra Seth et Loki) Quelques temps plus tard, Anubis est né. Seth était déjà pleine avant d'arriver en France. Voilà, c'est tout.
Je regardais les chiens. Ils avaient tous les trois penchés leur grosse tête, comme intéressés par les propos de mon père.
- Ils sont formidablement intelligents ! Continua celui-ci, très fier.
Justement, je trouvais qu'ils l'étaient un peu trop. Ils se levèrent d'un même mouvement fluide et remplit de grâce. Anubis me mordilla l'oreille, plus doucement que je ne l'aurais cru. Loki me lécha la main nouvellement tatouée. Seth, quant à elle, me jeta un coup d'œil qui me sembla être dédaigneux et grogna. La décision de ses compagnons n’avait pas l'air de lui plaire.
Je me repris et m'installais dans la cuisine pour prendre mon petit déjeuner. La bonne arriva, s'inclina et me tendit une lettre. Intrigué(e), je la pris et congédiais l'employée.
"A l'heure qu'il est, ils ont dû décider de ton sort. Si tu es mort... Je n'ai plus grand-chose à te dire. Si tu es encore en vie, d'abord, félicitations. Puis, plus sérieusement, prépare-toi à courir loin et vite. Retrouve-moi. Retrouve le collier et rend-le à son propriétaire. Les chiens-loups seront soit tes gardiens, soit tes geôliers. Je t'attendrais. Ils te guideront comme ils m'ont guidé à toi. Ils t'aideront ou te trahiront. A toi de choisir. Vivre ou mourir ? Continuer à subir la malédiction ou la détruire ? A toi de décider.
Je t'attendrais."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Jeu 19 Jan - 22:04

Je reposais doucement la lettre sur la table et tournais mon regard vers Seth. Elle me regarda un instant avant de quitter la cuisine. Je restais assis, ne sachant pas vraiment comment réagir. J’aurais préféré que ce qui s’était passé pendant la nuit ne soit qu’un délire causé par l’absorption d’alcool. Je relus la lettre. Je n’avais pas le choix. Ou plutôt j’en avais un mais l’une des solutions ne me plaisaient guère. Je n’étais pas prêt à passer l’arme à gauche.
Je lâchais un gros soupir au moment où ma mère entrait dans la pièce. Elle déposa un baiser sur le haut de ma tête. Je grognais. C’était chaque matin la même chose. Ne pouvait-elle donc pas comprendre que j’étais trop grand.
- Ronchon dès le matin ? Tu fais concurrence à ton père ? déclara-t-elle en se prenant un bol dans le placard.
Je ne répondis pas. Un, parce que je savais très bien que j’avais hérité du caractère de mon père qui d’ailleurs le mettais déjà à l’œuvre vu la série de vulgarité qui provenait du bureau. Deux parce que j’étais encore trop abasourdi pour aligner deux mots.
Je quittais la table en laissant tout en plan. Je montais dans ma chambre, mon havre de paix, mon sanctuaire sacré. Le seul endroit de la demeure où je pouvais être tranquille. Je poussais la porte et me figeais avant d’entrer. Loki était là. Il me fixa et tourna sa gueule vers la fenêtre. Une manière de m’inviter à regarder à mon tour. Je priais pour ne pas retrouver un autre Arsène Lupin en train de jouer au funambule sur le rebord de ma fenêtre.
Je regardais et fut rassuré de voir qu’il n’y avait rien de menaçant. Je gagnais la fenêtre et parcouru le jardin du regard. Mon attention fut attirée par un point rouge entre les arbres. Connaissant la propriété par cœur, je savais que ce n’était pas un nouvelle arbre ou autre. Je refis le chemin en sens inverse et redescendit les escaliers. Je passais devant la porte de la cuisine ou ma mère m’interpella, mais je fis genre de ne pas entendre et sortit de la maison.
J’arrivais à l’endroit et découvrit l’objet d’une couleur rouge sang.

A vous la suite !
Voilà sexe du personnage principal déterminé. Garçon pour vous faire plaisir ^^
Je n'ai aucune idée de ce qu'est cet objet. Je vous laisse décider.
Bonne soirée
Narra
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Ven 20 Jan - 20:23

Je sais que j'avais dis "A vous la suite" mais je continue car j'ai eu une idée durant ma journée. Et je double-post aussi car j'ai supplié Aamon de ne rien écrire. Donc voilà ^^

En fait, ce n'était pas tout l'objet qui était rouge, mais seulement le gros nœud qui était autour de son cou. Je ramassais Dudul mon vieil ours en peluche. Ne me demandez pas pourquoi Dudul, je l’ignore moi-même.
Je le regardais et me demandais comment il avait fait pour atterrir dans le jardin. Il faut savoir que même si Dudul n’était pas un ours dangereux, ça faisait des années qu’il avait quitté la chaleur réconfortante de mon lit pour le grenier froid. On devient cruel en grandissant.
Mais ce qui m’étonnait le plus, c’est que c’est moi qui l’avais rangé dans un carton en partance pour le grenier. Mes parents n’y avait pas touché et ne savais même pas où je l’avais mis.
L’ours sous le bras, je regagnais la maison et repassais une nouvelle fois devant la cuisine. Ma mère, assise, avait attrapé ma lettre et commençait à la lire. Je lui arrachais des mains et la pliais avant de la mettre dans ma poche.
- Une lettre de ton amoureuse ? demanda-t-elle. Elle écrit des choses bizarres.
- Oui, et encore tu n’as pas lu la suite. Surtout le passage en rapport avec le fouet. lâchais-je un grand sourire aux lèvres
Je quittais la pièce, laissant ma mère et son expression choqué se demandant pour la énième fois comment elle avait pu avoir un fils comme moi, et montais les escaliers deux à deux. Le seul inconvénient de vivre dans un château, c’est que pour traverser la maison, ça prend bien deux bonnes minutes et une dizaine pour monter au grenier. Arrivé devant la porte, je tournais la clef qui la fermait. Elle résista puis finis par se débloquer. J’appuyais sur la poignée et passais la tête par l’entrebâillement de la porte. La grande pièce pleine de poussière et de vieilleries était déserte. J’entrais et me dirigeais prudemment vers l’endroit où se trouvait mon carton de souvenirs d’enfant. Je le tirais vers moi et l’ouvris.
Il n’y avait pas de doute possible. Quelqu’un était venu et avait fouillé dans mes affaires. Du moins mes anciennes affaires. Je rangeais Dudul et refermais le carton. Je sortis la lettre de ma poche arrière et la relut. J’analysais chaque mot et m’arrêtais sur « Retrouve le collier et rend-le à son propriétaire ». L’ayant volé à ma chère tante, c’est donc à elle qu’il me fallait le redonner. Je lâchais un rire nerveux. Un seul problème se posait mis à part le fait de retrouver le collier. Un insignifiant problème. Ma chère tata était décédée l’année dernière.
Je donnais un coup de pied de mon carton. Un grognement se fit entendre derrière moi. Je me figeais et me retournais doucement. Seth se tenait sur le pas de la porte, ses yeux me fixant avec intensité. C’est fou à quel point je commençais à détester ces chiens.
Je fis un pas en arrière et de ce fait, renversa une pile de carton qui m’entrainèrent dans leur chute. Je me retrouvais alors avec un album photo sur le ventre avec le magnifique titre : Vacances en Egypte.

Voilà ^^
Je sais que je quitte un peu le monde menaçant du début, mais je compte y renvenir plus tard et sinon je fais confiance à mes deux colaboratrices Very Happy
Bonne soirée
Narra
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Sam 4 Fév - 21:09

Tu ne nous facilite pas la tâche, Narra Razz , mais c'est cela le plus intéressant ! Confronter nos idées ! Idea
Attention, je démarre.


La chienne grogna de plus belle et j'entendis ses pattes marteler le sol. Je crus qu'elle allait me saisir la gorge mais non : elle se contenta de s'asseoir sur son gros derrière et de me regarder de ses yeux perçants. Elle révéla ses crocs qui - vu sous cet angle - me paraissaient énormes. Je me relevais vivement. Elle me prit le bas du pantalon et m'enjoignit sans douceur à redescendre. Je lui obéis, plus par peur qu'elle me morde que par envie.
Au rez-de-chaussée, Anubis m'attendait, la queue fouettant l'air, quelque chose dans la gueule. Je pris les papiers. C'étaient mon passeport, les leur, ma carte d'identité, mon permis de conduire et ma carte de crédit. Loki arriva tranquillement, apportant mes clés de voiture et mon manteau. Je gémis. Devais-je réellement y aller ? Un grognement de la part de la femelle m'apprit que oui. Il ne fallait jamais contrarier les femmes. Surtout lorsqu'elles avaient bien plus de muscles que vous et qu'elles pouvaient vous arracher la gorge en un coup de crocs.
Les chiens me poussèrent dans l'allée. Je protestais violemment : je n'allais quand même pas partir en voyage en pyjama ! Exaspérée, Seth frappa le sol de sa lourde patte et grogna à l'attention des mâles. Ils me lâchèrent et me laissèrent passer. Seth me suivit, ses grosses pattes raclant le sol.
Soudain, je me sentais très mal à l'aise de me déshabiller devant cet animal. Ces yeux semblaient si intelligents... Ce qui voudrait dire qu'elle pouvait jouer au voyeur, non ? Je me dandinais sur mes jambes. La chienne poussa un gros soupir et se retourna, regardant par la fenêtre d'un air qui me sembla mélancolique. Lorsqu'elle s'aperçut que je la regardais, elle dévoila ses crocs et un long grognement sortit de sa gorge. Je déglutis et m'habillais rapidement. Je descendis rapidement et ouvris les portes arrières de ma voiture une superbe Mercedes Benz F-700. Je grimaçais lorsque les pattes sales des chiens tachèrent le cuir beige. Je rentrais dans la voiture et pris la direction de l'aéroport le plus proche. Je téléphonais à notre équipe personnelle de pilotage pour qu'ils préparent le jet privé. Ils m'assurèrent que lorsque j'arriverais, tout serait prêt.
Ce fut exactement le cas. Je fonçais dans l'avion parce que les chiens n'arrêtaient pas d'aboyer et de montrer leurs crocs.
Le jet privé décolla, prenant la direction de l’Egypte. L’Egypte, ce beau pays. L’Egypte, ce pays maudit.

Finalement, j'ai abandonné l'idée que je voulais réaliser. Dommage. Bah, c'est pas grave.
En parlant d'Egypte... Quelqu'un y est déjà allé pour que ça reste un petit peu crédible ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?    Aujourd'hui à 7:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Scribouillards de toutes espèces ! Une histoire collective vous tente-t-elle ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est ce qui vous tente en ce moment?
» La fin vous a t elle plus?
» Ok ca vous tente tu une petite partie de "Quessé ca?"
» L'histoire sans fin. [Une histoire dont vous êtes le demi héro]
» Cela vous est-il déjà arrivé ? (histoire de PAL)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Role Play :: Propositions-
Sauter vers: