Ici se trouve l'antre des passionnés de lecture, d'écriture, et de toute autre forme d'art.

Exprimez-vous, laissez librement parler votre inspiration et faites partager vos créations !


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En quoi le pouvoir des médias influence-t-il l'opinion publique dans la peinture?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: En quoi le pouvoir des médias influence-t-il l'opinion publique dans la peinture?   Lun 11 Oct - 17:20



Bonjour, bonjour!

Je poste ce sujet pour savoir votre avis sur cette question, la plupart des membres de ce forum étant des créateurs et des spécialistes dans l'art, je me demandais si les médias influençaient le style de la peinture, ou pas, et en quoi. Personnellement, n'étant pas vraiment peintre, (même si j'aimerai bien ^^) j'aimerais l'avis de vrai professionnels ou simplement Humains normaux ^^ Razz
Merci d'avance de vos réponses en espérant faire un grand débat (ou pas Razz)

Aamon
Revenir en haut Aller en bas
\\\ Riki ///
Grand Manitou


Messages : 242

MessageSujet: Re: En quoi le pouvoir des médias influence-t-il l'opinion publique dans la peinture?   Mar 9 Nov - 18:43

Attention !
Le discours qui suit est plus long que la casque de Périclès (mais plus court que sa lance quand même).
Préparez des vivres et du café.


En cette 4e nuit de la 12e lunaison de l'an de grâce 2010, je vous salue, artistes confirmés ou amateurs de belles œuvres.

Tout d'abord, je me suis permis de déplacer ce sujet dans la catégorie Débats : Aamon elle-même le présente ainsi, et j'estime que la question qu'il pose peut être l'ouverture d'une controverse. Si l'auteure du sujet ou d'autres membres pensent que ce déplacement est abusif, n'hésitez pas à l'exprimer ^^


Chère Aamon, tu poses donc le sujet du lien entre les médias et la peinture, sujet qui pourrait s'étendre aux autres formes d'art : musique, écriture, cinématographie…
Déjà, il faut bien avoir en tête que ce sont les médias qui font une grande partie de la popularité d'une œuvre et d'un artiste (bien que leur action soit contrebalancée par le bon vieux bouche-à-oreille, de plus en plus aidé par Internet). Quand on parle d'un nouveau film à la télévision, ou qu'un article de journal est dédié à un peintre, la publicité et la popularité qui en découlent sont loin d'être négligeables. Il ne faut pas oublier que c'est en grande partie les médias qui font les "stars"… il faut même croire que leur rôle passe devant celui du talent de l'artiste, quand on voit certaines "stars" actuelles… les étoiles rayonnent trop souvent une lueur artificielle, de nos jours.

Par exemple, si vous suivez un peu l'actualité, vous avez du avoir entendu parler de cette exposition de photos à Paris qui a fait polémique à cause du coté érotique de certains clichés. Franchement, sans cette polémique, je n'en aurais jamais entendu parler… la fréquentation de ladite exposition a dû connaître une sérieuse augmentation grâce aux médias. Je nuancerais juste que ce n'est pas parce que les artistes s'adaptent à ce que les médias attendent que leur œuvre est mauvaise : Evanescence, c'est hautement commercial, mais que c'est beau !


Bien que ce ne soit pas le cas de tous les artistes, certains cherchent en premier lieu la célébrité avant la qualité. Ceux-ci seront alors tentés de se conformer à l'opinion générale pour avoir un bon écho dans les médias (ne sont-ils pas les premiers représentants de l'opinion générale ?), ou au contraire de choquer pour avoir quelques articles sulfureux à leur sujet.

Prenez les musiques, qui sont rendues célèbres par la sacro-sainte radio. Pour être diffusé en radio, il faut répondre à des critères précis : une chanson d'environ 3 minutes, un refrain qui arrive dans la première minute facile à identifier, surfer sur les courants musicaux à la mode, et sans doutes d'autres nécessités qu'ignore le pauvre néophyte que je suis. Les chanteurs qui cherchent à conquérir les ondes feront donc des chansons sur ces modèles "préformatés", sacrifiant la vraie originalité pour une gloire éphémère… Idem pour ce que l'on nomme les "tubes de l'été", qui comme leur nom l'indique (amusez-vous à chercher) sont "creux" et juste destinés à être diffusés en boucle quelques mois avant de sombre dans l'oubli.


Pour partir sur une dimension plus philosophique, un théoricien de l'art nommé Jean Dubuffet a exposé la théorie que l'artiste est tiraillé entre deux nécessités. Il cherche, d'une part, à exprimer son identité propre, ce qui lui permettra d'atteindre l'originalité qui le démarquera des autres et pourra aboutir à sa gloire ; l'artiste est donc, par ce penchant individualiste, antisocial. Cependant, s'il pousse trop loin l'originalité, s'il s'enferme dans son égocentrisme, l'œuvre qu'il produira ne pourra plus être comprise par le reste de la société et ne rencontreras donc pas de succès. A quoi sert une œuvre qui ne rencontre pas son public ?
S'il veut être compris, s'il veut que son œuvre soit correctement reçue, l'artiste ne doit donc pas se contenter d'être un autodidacte reniant les codes et les conventions. Il doit s'ouvrir aux autres, s'ouvrir à ce que les autres veulent, et le leur procurer, sans cependant renier son originalité. Là est tout le dilemme du vrai artiste.

Certes, on me répondra que des œuvres originale et rompant avec les conventions de leur temps sont toujours apparues et ont connu du succès, au point même de fonder des courants artistiques : Zola, Erasme, Mozart, etc. Je vous dirais alors que vous avez en surface raison, mais que ces œuvres sont rares et exceptionnelles ; une fois qu'un artiste a rompu avec les conventions, d'autres s'empresseront de le suivre et de se proclamer eux aussi "anticonformistes", mais ils se contenteront d'adopter les nouvelles normes créées par leur prédécesseur en lieu et place des anciennes. De plus, j'ajouterais qui si ces œuvres ont su rencontrer le succès, c'est qu'elles étaient en adéquation avec ce que leur public désirait, et ne sont donc pas tant que cela révolutionnaires.


Voilà pour mon point de vue, que j'ai tenté de rendre aussi vaste et détaillé que possible. Bien sûr, si on voulait poursuivre sur l'art, le succès, le credo de l'artiste, on pourrait encore aborder bien des sujets. Je pense par exemple à Freud, si on voulait un peu creuser la question psychologique. Mais je pense m'être déjà trop éloigné de la question de base au cours de mon argumentation, sans en rajouter ainsi ^^

Je conclurais en disant qu'il me semble que les médias, représentants plus ou moins justes du désir de la populace, ont une influence indéniable sur la production artistique, surtout dans notre ère de médias de masse où tout est communication. Les artistes s'adaptent souvent à ce que l'on demande d'eux, car c'est là la voie facile au succès. Cependant, ce ne sont pas les médias qui font la qualité d'une œuvre, et il n'est pas rare que le public passe outre une mauvaise critique dans les journaux pour savoir apprécier à sa juste valeur un auteur, un chanteur ou un graphiste qui le mérite.


Sources :
- Le Saviez-Vous ? pour l'origine du mot "tube".
- Manuel d'antiphilosophie, de Michel Onfray (et oui ! encore lui) pour le point de vue de Jean Dubuffet.
- Mes cours de français… enfin, ce que j'en ai retenu.
- Si vous êtes finalement intéressés par ce que raconte Freud sur "la sublimation dans l'art", le sujet est abordé dans son Introduction à la psychanalyse (l'extrait que j'ai utilisé est également tiré du Manuel d'antiphilosophie).


Puissent les étoiles, véritables elles, éclairer votre voie,
Riki

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


"Un sentiment, ça n'existe pas. Mais pourtant ça se sent. Parfois, ça brule. Ça peut faire du mal.
Mais, putain, ce que ça peut aussi faire du bien…
J'aime. Un mot peut tout dire et rien dire. Un sentiment peut tout espérer et rien attendre.
Un rêve peut tout promettre et à jamais être irréel."


Dernière édition par \ Riki /// le Lun 15 Nov - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://calliope.forum-actif.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quoi le pouvoir des médias influence-t-il l'opinion publique dans la peinture?   Mer 10 Nov - 19:58



Je te remercie d'avoir déplacé mon sujet, c'est vrai qu'il n'étais pas vraiment à sa place... Neutral ''

Que dire...? Wouha... Je ne pensais pas que quelqu'un me répondrait aussi complétement... ^^ Merci

Je ne sais pas vraiment quoi rajouter... Ton argumentation est complète (en espérant que ça pourra t'aider dans tes devoirs Razz ) et ça se tient ^^ j'aurais dû y penser Razz finalement, tu as expliqué tout ce que je me demandais ^^ je ne ^peux que t'applaudir et te remercier chaleureusement Grand Manitou Razz

Aamon, Alpha des Loups-garous, te remercie vivement (un exploit Wink )

Gros bisous à tous Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En quoi le pouvoir des médias influence-t-il l'opinion publique dans la peinture?   Aujourd'hui à 7:51

Revenir en haut Aller en bas
 
En quoi le pouvoir des médias influence-t-il l'opinion publique dans la peinture?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour ceux qui ne savent pas quoi dire en présentation....
» info scanner
» [Zeller, Florian] La fascination du pire
» Dans une année, il y a quoi?
» VERNIS MAT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Discussions et partage :: Débats-
Sauter vers: